Mon nouveau téléphone cellulaire - Janet Paulson
Janet Paulson

Mon nouveau téléphone cellulaire

Mon nouveau téléphone cellulaire - Janet Paulson

Une fois que j’ai compris le fonctionnement de mon nouveau téléphone, je ne l’ai plus lâché. Avoir accès à Internet, à des applications diverses et gratuites, à des fonctionnalités plus poussées, c’était formidable, d’autant plus que je n’y étais pas encore habitué. C’est mon amie Jade qui m’a fait remarquer que je n’étais plus disponible pendant que je conversais avec elle. Alors qu’elle me parlait de sa satisfaction devant l’affiche faite dans une entreprise de découpe laser montréal, et qu’elle avait demandé récemment, je n’arrêtais pas de regarder ma boîte de messagerie électronique ; j’envoyais des réponses à mes amis dès que je recevais un message de leur part, entre autres exemples. Cette indisponibilité l’agaçait. Elle n’avait pas tort, j’étais impoli. Je lui ai promis que je serais plus attentif, et nous n’en avons plus reparlé. Un jour que nous dînions, je reçus un mail bizarre. L’expéditeur était inconnu de mon carnet d’adresses. 

En substance, j’étais invité à sortir de table et à me présenter devant le restaurant où je dînais en compagnie de mon amie. Si j’étais sorti de table, cela aurait été mal vu par Jade. En même temps, j’étais intrigué et je voulais absolument rencontrer cette personne mystérieuse. Ma patience fut mise à rude épreuve. J’ai continué ma discussion, comme si rien ne se passait. L’entrée était un carpaccio avec une sauce huile d’olive alliée à du basilic, j’ai mangé les fines tranches de viande à une allure phénoménale. Le plat principal que j’avais commandé se composait d’un tournedos Rossini et de pommes de terre aillées. De même, j’ai été très rapide à terminer mon assiette. Un dessert suivi, une mousse au chocolat noir. Je devais attendre que ma compagne termine les mets posés devant elle avant que je puisse passer au suivant et elle semblait prendre tout son temps.

Dès que j’eus pris mon café, je suis parti de la table avec précipitation. Peut-être que l’inconnu m’attendait et que je le verrais. Je pensais à un ami, Michel, très farceur. Il n’en était rien. Ce fut plus étonnant que tout ce que j’avais imaginé, ma surprise fut totale. C’était Jade. Elle s’était amusé à me faire cette farce pour voir si je pouvais me retenir et terminer le repas sans impatience. Suite à cette plaisanterie, j’ai mieux contrôlé mon envie irrépressible de répondre immédiatement aux envois sur ma boîte de messages. Ce fut une bonne leçon, que je n’ai jamais oubliée.