Un monde complètement à l’envers - Janet Paulson
Janet Paulson

Un monde complètement à l’envers

Un monde complètement à l’envers - Janet Paulson

Tout le monde se plaint que les choses vont mal, partout. Beaucoup, vont même jusqu’à dire qu’ils ne veulent pas avoir des enfants, justement, parce que la situation de la planète, et l’humanité en général, se détériorent à vue d’œil. Ils croient que ce n’est pas un environnement sain pour des enfants, et de toute manière, ils pensent que la Terre est surpeuplée. Je suis d’accord, mais jusqu’à un certain point.

En premier lieu, les dangers des problèmes environnementaux sont vastes, et très grands. Je suis bien d’accord sur le point que la surpopulation a mené à des problèmes de pollution, de réchauffement de la planète, et de trous dans la couche d’ozone, qui ont causé des tâches solaires et des brûlures (coups de soleil), et qui peuvent mener à des cancers, ou d’autres troubles de la peau. Ce ne sont qu’une infime partie des dangers de nos actions, et dans des situations comme celle de la couche d’ozone, je crois que le problème des humains, a eu un impact majeur. Mais ce n’est pas tout.

Selon moi, ce n’est pas l’augmentation constante du nombre de naissances par année qui serait la cause principale des dommages faits à notre chère planète. Après tout, les statistiques démontrent que ce sont les grandes corporations qui polluent le plus, et non les individus. En plus, ceux qui ont, en moyenne, le moins d’enfants, font plus souvent partie du problème que les familles plus nombreuses. Voyez-vous, ce sont les riches qui consomment le plus, et ce sont aussi eux qui ont le moins d’enfants. Les pauvres, eux, arrivent souvent, juste à peine à survivre, et encore moins, réussir à s’acheter une panoplie d’objets qui ont été fabriqués à partir de produits chimiques, ou qui ont été transportés pendant des kilomètres et des kilomètres. Non, ils ne sont pas la cause ; ils sont beaucoup plus souvent les victimes, car ce sont eux qui doivent souffrir en endurant les déchets toxiques jetés tout près de leur village, par les compagnies multinationales qui elles, refusent de nettoyer par la suite.

Donc, est-ce que je vais m’empêcher de fonder une famille pour ça ? Non, certainement pas. Je veux des enfants, et je vais tout faire pour pouvoir en avoir. Mon idée, c’est de les élever en tant qu’activistes et citoyens éclairés, et ensuite, les encourager dans ce domaine, si c’est ce qu’ils veulent faire. Souvent, les enfants de parents conscients des troubles et des inquiétudes de ce monde, suivent le même chemin qu’eux.